Image de l'article

Gérez vos bases de données avec TablePlus

Il existe de nombreux logiciels pour afficher ou modifier les données d'une base de donnée. TablePlus remporte haut la main la palme du logiciel le plus ergonomique !

Publié le 22 février 2021 par ThibH

Les bases de données ressemblent souvent à des boîtes noires que l'on manipule directement depuis un terminal avec des requêtes SQL et une compréhension globale souvent restreinte.

Heureusement, il existe des logiciels qui nous permettent d'afficher les données d'une base de donnée via une interface graphique.

Le problème c'est qu'ils ciblent souvent un type précis de BDD (pgAdmin pour Postgres, phpMyAdmin pour MySQL) et bien qu'ils soient déjà plus agréables à utiliser qu'une ligne de commande, leur interface est souvent assez complexe.

Dans cet article, je vais te parler d'un petit nouveau dans ce domaine qui pour moi gagne haut la main : TablePlus.

L'histoire de TablePlus

TablePlus est un logiciel très récent dans le domaine des outils permettant de visualiser et gérer des bases de données relationnelles. La première version date en effet du mois d'avril 2018. À peine 3 ans d'existence donc au moment où j'écris cet article.

TablePlus a été créé par Henry Pham pour répondre à plusieurs problématiques inhérentes aux logiciels existants déjà sur le marché. Il en parle en détail dans cet article dont je vous résume ici les principaux points :

  • Un temps de démarrage et une consommation de ressource très importante.
  • Une interface souvent vieillissante et peu agréable à utiliser.
  • Un support pour un nombre limité de bases de données relationnelles, la plupart ne fonctionnant par exemple que pour MySql.

Basé sur ce constat, Henry Pham a décidé de se lancer dans la création d'un outil qui soit :

  • Développé en natif, assurant ainsi la rapidité de l'application
  • Une interface moderne et simple, permettant d'ouvrir plusieurs onglets, supportant les interfaces Retina.
  • Un éditeur de requêtes SQL avec coloration syntaxique et autocomplétion.
  • Un support pour les principales bases de données relationnelles comme PostgreSQL, MySQL, SQLite, Amazon Redshift...
  • Un système de plugins permettant d'étendre les fonctionnalités sans surcharger l'application de base.

Ayant utilisé TablePlus de façon quasi hebdomadaire cette année, je peux vous garantir que 3 ans après ce constat, l'application remplie tous ces objectifs !

Un des gros avantage de TablePlus c'est également sa disponibilité sur un grand nombre de systèmes d'exploitation (Windows, Mac OS et Linux).

Vous pouvez même l'utiliser sur votre iPad, c'est dire !

À quoi ça ressemble ?

Si vous avez déjà utilisé des logiciels comme pgAdmin ou phpMyAdmin, préparez-vous à être surpris !

L'interface est sobre, simple, disponible avec un thème clair ou sombre, personnellement j'adore.

Vous pouvez également écrire des requêtes SQL dans un éditeur qui dispose de l'autocomplétion (très pratique quand vous ne passez pas votre vie à écrire du SQL).

De nombreuses bases de données sont supportées et vous pouvez même ajouter des tags sur vos bases de données pour bien différencier par exemple une BDD locale d'une BDD de production.

Combien ça coûte 🥵 ?

Pas grand-chose ! 59 $ pour une licence personnelle.

Et il existe une version gratuite amplement suffisante pour la plupart des utilisateurs.

Dans la version gratuite, vous ne pouvez ouvrir que 2 onglets, 2 fenêtres et 2 filtres en simultané.

À moins donc d'avoir besoin de visualiser et gérer 5 tables en même temps, c'est tout à fait suffisant.

Personnellement, j'utilise depuis maintenant presque 1 an la version gratuite et n'ait pas encore senti le besoin de passer sur la version payante. Et si jamais je franchis le pas, ce sera probablement plus pour soutenir les développeurs que par réelle nécessité.

En bref,

Ce logiciel a été créé par des développeurs, pour des développeurs et ça se sent ! L'équipe est très réduite, seulement 2 personnes, et on pourrait s'interroger sur la pérennité de l'outil.

Mais avec des clients comme Nginx, Spotify, l'université de Stanford, on peut espérer que ce logiciel ne disparaisse pas de sitôt 😉